«

»

Imprimer ce Article

Nord Deux-Sèvres

Communiqué de presse du 27 Juillet2005

Lors du comité de bassin du nord Poitou qui c’est déroulé à Thouars le 12 juillet, la Région Poitou-Charentes qui est l’autorité organisatrice du TER entre Bressuire et Saumur a proposé une redynamisation de l’offre avec une mise en œuvre prévue en décembre de cette année. Aujourd’hui, nous attendons une décision !

Le TER pour réduire les gaz à effet de serre et diminuer l’insécurité routière !

Le développement durable : le protocol de Kyoto qui marque une avancée importante dans la lutte contre le changement climatique a pour objectif de na pas dépasser en 2010 les émisssions de 1990.

En partenariat avec l’ADEME (Agence De l’Environnement et la Maîtrise de l’Energie), la région a étudié la part de Poitou-Charentes dans les émissions nationales de gaz à effet de serre. Il apparaît que la région ne satisfait pas aux engagements du protocole de Kyoto (voir encadré). En Poitou-Charentes, le dioxyde carbone (CO2) qui représente 65% des émissions de gaz à effet de serre, est principalement issu du secteur des transports (source ATMO). Or 80% du CO2 émis par le secteur des transports provient de la route.

Compte tenu de l’objectif d’excellence environnementale que s’est fixé le nouveau conseil régional, le développement de l’offre de transport ferroviaire devrait être une des priorités qui permettrait de respecter les engagements de Kyoto.

Le dossier du TER en nord Poitou fait partie des opérations qui doivent permettre aux citoyens des Deux-Sèvres d’être actifs du développement durable en prenant le train, mais encore faut-il leur en donner les moyens !

Le développement du TER doit aussi faire partie de la politique de lutte contre l’insécurité routière. En effet, les nouveaux trains modernes permettraient de voyager en toute sécurité et ainsi de diminuer le trafic routier. La manifestation de samedi à Chiché dénonçant l’insécurité routière sur la RN149 doit faire réfléchir nos politiques afin qu’une autre politique des transports soit mise en œuvre.

Une grille horaire enfin déterminée après 7 mois de concertation mais toujours pas de décision !

Depuis le comité de bassin de novembre 2004, le comité de bassin organisé par la Région Poitou-Charentes a étudié différents scénarios pour arriver à une proposition consensuelle en faveur du TER. Le scénario retenu entre Bressuire et Saumur offrira 3 allers/retours du lundi à jeudi et 4 allers/retours le vendredi pour Bressuire et 5 pour Thouars. Les nouveaux TER qui seront peut-être mis en place entre Bressuire et Saumur (avec desserte de Thouars et Montreuil-Bellay), permettraient des correspondances à Saumur avec les autres trains vers Angers/Nantes et Tours/Orléans, afin satisfaire tous les trajets y compris l’accès à Paris.

Par exemple, il est prévu deux allers et deux retours de Paris dans la journée (ce qui n’est pas un luxe) :

» Départ de Bressuire à 6h30 et arrivée à 9h20 ou départ à 10h20 et arrivée à 13h20 ;

» Retour de Paris à 15h15 et arrivée à Bressuire à 18h34 ou départ à 18h40 et arrivée à 21h30.

L’offre créée ainsi 140 000 km-trains par an pour un coût estimé par la SNCF à 1,8 millions d’euros.

« Est-ce cher ? » Le coût au kilomètre revient environ à 12 € et si on compare à ce qui se fait à Saintes (12€/km) ou sur la ligne entre Nantes et Cholet (14€/km), le devis réalisé par la SNCF est semblable à ce qui se fait ailleurs. On peut expliquer le coût important de l’opération par le fait que l’on part de zéro car aujourd’hui, il n’y a qu’un seul train par semaine (le dimanche soir ) entre Bressuire et Saumur et le reste est effectué par des bus !

Un devis détaillé sur le bureau de la présidente de Région Ségolène ROYAL

L’organe consultatif, le comité de bassin, s’est positionné sur les propositions de la Région mais désormais c’est Mme ROYAL qui doit prendre la décision finale. Celle-ci a demandé un devis détaillé à la SNCF afin de comprendre d’où vient ce coût élevé. Mais il ne faut pas que l’offre soit modifiée car si on supprime des trains, le TER ne sera plus attractif. En effet, avec un seul aller/retour, il ne faudra pas louper son TGV à Paris le soir car sinon il faudra dormir à Saumur… Une décision doit être prise avant le 15 août si l’on veut une amélioration en décembre. Nous espérons que notre action ainsi que le soutient des 1000 signatures que nous avons recueillies lors de la Foire-expo ne seront pas oubliés.

Avec les carrières Rambaud qui pourraient bien faire rouvrir la ligne entre Parthenay et Poitiers, un nouvel élan souffle pour le transport ferroviaire en Deux-Sèvres, espérons qu’il poussera les trains jusqu’à Bressuire !

Les usagers bressuirais, membres de la FNAUT

Émissions de CO2 en France et en Poitou-Charentes :

(Source DRIRE : Direction Régionale de l‘Industrie, de la Recherche et de l’Environnement)

Poitou-Charentes : Transport 34% Industrie 30% Résidentiel 24%

France : Transport 27% Industrie 21% Résidentiel 30%

Lien Permanent pour cet article : http://www.fnaut-pc.asso.fr/2005/07/27/nord-deux-sevres/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

*