«

»

Imprimer ce Article

Le train pour Paris sera-il à l’heure ?

Paru dans Centre Ouest du 30 mai 2005

Le projet de création de navettes ferroviaires entre Bressuire et Tours est remis en cause du fait du maintien du TGV jusqu’à Saumur.
La desserte TGV Paris-Tours-Sau-mur est prolongée d’un an ! C’est ce que vient d’indiquer Jacques Auxiette, président de la Ré¬gion Pays-de-la-Loire à Jean-Michel Marchand, maire Vert de Saumur. Cette information – rendue publique vendredi – a plombé la réunion de la Fédération des usagers des transports publics (FNAUT) samedi matin, à Bressuire.
Paris via Saumur en moins de trois heures
Cette rencontre – qui a rassemblé une quarantaine de personnes à la médiathèque – devait encourager le comité de bassin ferroviaire Nord Deux-Sèvres, mais aussi les collectivités territoriales, à inciter la SNCF à instaurer des liaisons directes par Train
express régional (TER) entre Bressuire et fours à raison d’au-moins deux allers et retours quotidiens, comme cela avait été-proposé cet hiver. Et ce, pour mettre la capitale du Bocage à moins de trois heures de Paris. Des scénarios horaires avaient mê¬me été échafaudés pour une mise en service dès décembre de cette année.
« Inacceptable »
Samedi matin, cet édifice a été ébranlé. D’une part, parce que le départ du TGV de Saumur ne justifie plus dé liaison jusqu’à Tours (dont le but ultime était de saisir le Train à grande vitesse) ; d’autre part, parce que le financement de la SNCF de¬mandé à la région Poitou-Charentes est « inacceptable », selon Marie-Andrée Ruault, porte-parole de Ségolène Royal. Ce qui a fait bondir Michel
La desserte estivale jusqu’aux Sables
Pour activer la ligne Saumur – La Roche-sur-Yon, la FNAUT propose aussi de relancer la desserte estivale ferroviaire qui existait autrefois jusqu’aux Sables-d’Olonne. Ce projet devrait être évoqué lors du prochain comité de bassin ferroviai¬re Nord Deux-Sèvres. Actuellement, le seul train existant relie Thouars (départ le matin à 5 h 30 ; retour à 20 h 46) à La Roche (arrivée à 7 h 22 ; départ le soir à 18 h 55) via Bressuire.
Selon la FNAUT représentée samedi par Mariette Ringuet, la desserte estivale de la côte Atlantique (via le Bo¬cage) permettrait de partir le matin de Saumur à 7 heures pour une arri¬vée aux Sables-d’Olonne à 9 h 30,
avec un retour le soir (départ à 18 h 25 et arrivée à Saumur à 21 heures). Tout cela « pourrait » être mis en place en 2006.
• 300 camions pour jour à La Peyratte :
l’autre sujet évoqué samedi en fin de réunion concerne la commune de La Peyratte. Le projet d’agrandissement de la carrière porterait le trafic de circulation à 300 camions par jour. Le maire souhaite utiliser l’ancienne ligne SNCF, située à 1 km du site d’extraction. Ce qui permettrait d’une part d’éviter l’engorgement des routes, la pollution; mais aussi la né¬cessité de créer une déviation. Il faudrait par contre réactiver le tronçon ferroviaire jusqu’à Chalandray.
La gare de Bressuire desservie par un seul TER aujourd’hui. Jusqu’à quand ?
Ferré de la CGT SNCF de Thouars : « Le comité de bassin qui devait se réunir en avril n’a rien fait. C’est la faute à la Région si tout est remis en cause. Quant aux coûts demandés, ils ne sont pas plus forts qu’ailleurs ».
Moins de trois heures
De cette réunion confuse, animée par Sylvain Ruault, délégué de la FNAUT de Bressuire, à laquelle participaient aussi le maire de Bressuire, Jean-Michel Bernier et le président du Pays du Bocage, Henri Papin, il en ressort cependant quelques pistes. Si le TGV dessert Saumur encore pour au moins un an, la liaison Bressuire-Paris devrait être la même que celle qui était souhaitée : le changement s’effectuant alors non plus à Tours, mais dans la cité du Cadre Noir. Selon ce scénario, un TER partant de Bressuire à 6 h 35 desservirait Saumur à 7 h 26 pour le départ du TGV à 7 h 35 et une arrivée à Paris à 9 h 20. Au retour, le TGV quitte la capitale le soir à 18 h 4O soir pour joindre Saumur à 20 h 29, et permettre le retour en TER à 20 h 30, arrivant à Bressuire une heure plus tard.
Avant la mi-juin
Actuellement, le seul TER existant sur la ligne ferroviaire Saumur – La Roche-sur-Yon, circule en sens inverse. Il s’arrête à Bressuire peu après 5 heures (avec quotidiennement une personne qui va jusqu’aux Sables-d’Olonne) et revient le soir : (halte à Bressuire peu après 20 heures) vers Thouars. L’objectif de la FNAUT est de tenter de récupérer un autorail disponible actuellement à Saintes. Mais aussi d’obtenir que la Région apporte son soutien financier à la SNCF pour la mise en place de cette navette TER Bressuire-Saumur. Tout cela doit être décidé avant la mi-juin pour une mise en place en décembre. Autant dire que c’est quasi-improbable !
Christian DESBOIS.

Lien Permanent pour cet article : http://www.fnaut-pc.asso.fr/2005/05/30/le-train-pour-paris-sera-il-a-lheure/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

*