«

»

Imprimer ce Article

Le train Angoulême-Limoges circule sur une voie unique désuète

Paru dans Sud Ouest le 07 février 2005

Le train Angoulême-Limoges circule sur une voie unique désuète, avec des horaires mal adaptés. La CGT et une fédération d’usagers ont un projet

Pour moderniser le TER

Le leitmotiv du projet : adapter les horaires du train aux besoins des usagers, avec un complément de ramassage par bus.
Notre action syndicale ne se limite pas aux murs de l’entreprise, mais à de nombreux domaines concernant la vie des salariés tels que la culture, le sport, les soins médicaux et les transports », argumente William Jacquillard, secrétaire général de l’Union départementale CGT Charente. Il n’est donc pas rare que l’organisation se préoccupe de questions d’aménagement du territoire, en particulier dans les domaines qui permettent aux travailleurs de vivre mieux.
C’est dans cette optique que l’organisation ouvrière planche, depuis plus d’un an, sur un projet d’aménagement de la ligne TER Angoulême-Limoges, avec des horaires correspondant au mieux aux besoins des usagers. Le syndicat des cheminots a retroussé les manches en liaison avec les unions locales CGT d’Horte-et-Tardoire, de Charente limousine et la Fédération nationale des usagers des transports (FNAUT).
Vital pour le Nord-Charente. Cette ligne ferroviaire, à cheval sur deux régions, est vieillotte. Au point que les trains doivent passer de 110 km/h à 80 km/h entre Roumazières et Saillat (soit 21 kilomètres), en raison de la dégradation de la ligne, peu entretenue par Réseau ferré de France dans sa partie charentaise. Pour le moment, la région Poitou-Charentes à fait le choix d’investir sur la ligne Poitiers-La Rochelle.
Et ce n’est pas tout : « Durant les quatre allers-retours quotidiens, ce train n’est pas adapté aux horaires des personnes qui vont travailler sur le bassin d’Angoulême », insiste le cheminot Jean-Jacques Matéo.
De l’avis de William Jacquillard, beaucoup de ces voyageurs ont vraiment besoin du transport en commun : « Comme l’a indiqué le rapport de l’ancien préfet Jacques Gérault, la Charente limousine est particulièrement dépourvue de services publics. Dans l’est du département, 4 200 personnes ne disposent d’aucun moyen personnel pour se déplacer. Celles qui sont au chômage ont besoin de se déplacer pour chercher un emploi. Celles qui travaillent sont souvent en situation précaire : il leur faut un moyen de transport bien adapté aux horaires de travail pour circuler dans de bonnes conditions. »
Des bus en complément. Henriette Trimoulinard, déléguée de la FNAUT en Charente, fait le point après plusieurs réunions et la consultation de nombreux usagers. « Les horaires doivent être modifiés pour les trajets domicile-travail et assurer des correspondances grandes lignes vers Paris, Bordeaux et La Rochelle. »
« Confolens est une sous-préfecture qui héberge un hôpital, un lycée, un centre des impôts, un tribunal d’instance, mais dispose d’une desserte nettement insuffisante. Il est primordial pour sauvegarder les services publics de rendre leur accès possible à tous les usagers. Chasseneuil devra, à terme, devenir un pôle multimodal nécessaire à l’importante population de cette localité. La gare, très bien située en centre ville, pourrait, après rénovation, assurer un service public de base SNCF, avec vente de billets et réservations. »
En complément d’horaires SNCF qu’elle souhaite revus et corrigés, la CGT propose que soient créés des ramassages par bus entre Confolens, Chabanais, Chasseneuil, Saint-Claud et Saint-Maurice-des-Lions, afin d’offrir à la population concernée des accès pratiques à la ligne Limoges-Angoulême.
Convention interrégionale. « Nous avons le souci de proposer un projet réaliste. Permettre à la population de mieux se déplacer, ce n’est pas la panacée, mais cela éviterait à de nombreux jeunes et à des forces vives de partir de la Charente limousine où la mobilité est un vrai problème. Un argumentaire sur le fond à été envoyé à Ségolène Royal, présidente de la Région. »
Tout cela implique, in fine, une convention interrégionale avec création d’un comité de ligne commun avec la région Limousin. Réseau ferré de France devrait financer les travaux de voirie et la mise en route éventuelle de nouveaux trains. Le reste appartient aux décideurs politiques et à leurs choix en matière de transports régionaux.
« Les horaires des trajets travail-domicile doivent être modifiés pour s’adapter aux heures de travail. Ils doivent aussi convenir pour assurer les correspondances vers La Rochelle, Paris et Bordeaux ».

Lien Permanent pour cet article : http://www.fnaut-pc.asso.fr/2005/02/07/le-train-angouleme-limoges-circule-sur-une-voie-unique-desuete/

(1 commentaire)

  1. Susan Lowe

    J’écris ceci en 2011. J’ai bien l’impression que rien n’a changé depuis cet article de 2005. Faites moi plaisir en me corrigeant cet mauvais impression.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

*