«

»

Imprimer ce Article

Usagers des Transports en Commun du Poitou-Charentes

L’invité de la semaine Présidente de L’association des Usagers des Transports en Commun du Poitou-Charentes.

Paru dans Info Éco du 11 janvier 2002

IE : La régionalisation des transports ferroviaires pour les voyageurs aura lieu en 2002. Qu’en attendez-vous ?
Mauricette Ringuet : Malheureusement pas grand chose. Le matériel existant, locomotives, wagons, est désuet et il faudra du temps pour le remplacer. Encore faut-il d’ailleurs que le nouveau soit employé au bon endroit. Ainsi, les locomotives achetées en 1997 sont capables de rouler à 160 km/h, mais elles ont été mises en place sur «l’étoile» de Saintes où les voies ne permettent pas de dépasser le 50 km/h !
D’autre part, je crains que la régionalisation n’amplifie encore le principe des rabattements vers les TGV au détriment de la circulation au sein de la région. Un seul exemple : lorsque l’on veut se rendre de Couhé à la sous-préfecture de Montmorillon, il faut partir à 7h30 pour revenir à 17h00 ! C’est aussi le résultat de la fermeture de certaines gares en campagne.

IE : N’est-ce pas un moyen d’améliorer les temps de parcours et donc la compétitivité
MR : C’est l’avis de la région qui veut diminuer le nombre d’omnibus et faire ainsi de l’inter-ville sans s’occuper des ruraux. Mais la SNCF n’est pas en reste puisqu’ils ont supprimé des arrêts sur Nantes-Bordeaux pour tenter de concurrencer la future autoroute des estuaires. Le vrai moyen de rendre une ligne rentable, c’est non seulement de proposer plus d’offres aux usagers, mais également d’y faire passer le fret. C’est d’ailleurs pourquoi nous sommes favorable à la nouvelle ligne TGV Atlantique Sud-Europe qui libérera la voie, actuelle pour ce type de transport.

IE : Pensez-vous que les Pouvoirs Publics font assez dans ce domaine
MR : Absolument pas. Le fer est toujours laissé de côté par rapport à la route. Nous réclamons, par exemple, la réouverture de la ligne Poitiers-Parthenay-Cholet qui permettrait de faire Nantes Poitiers-Limoges facilement. La SNCF nous oppose le coût de l’opération :environ 305 millions d’euros Mais quand il s’agit de faire l’autoroute A 831 qui coûte 442 millions d’euros : là, tout le monde est d’accord !

IE : Quels sont les autres souhaits de votre association
MR : Nous militons, par exemple, pour que les horaires des bus soient compatibles avec ceux des trains, ce qui n’est pas le cas à Niort. De même, nous aimerions qu’il y ait davantage de TER le samedi et le dimanche et que l’on n’augmente pas le cadencement sur certaines lignes rentables au détriment d’autres comme cela a été le cas récemment. Faute de matériels, la SNCF a ainsi supprimé un train sur Saintes-Niort pour augmenter le nombre d’allers-retours sur Poitiers-Châtellerault. D’une façon générale, nous nous battons pour que l’on puisse se déplacer facilement en train au sein de la région Poitou-Charentes.

Lien Permanent pour cet article : http://www.fnaut-pc.asso.fr/2002/01/11/usagers-des-transports-en-commun-du-poitou-charentes/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

*